Les Quinconces L'espal - Scène nationale du Mans

théâtre

PIERRE GUILLOIS

04 - 05 décembre

©Arnold Poschl
©Arnold Poschl
©Arnold Poschl
©Arnold Poschl
©Pierre Guillois
©Arnold Poschl
©Arnold Poschl

L’ivresse des hauteurs

 

 

Dans un futur plus ou moins proche, trois astronautes (une afro- américaine, une chinoise et un russe), un milliardaire brésilien, un robot français et une poule apatride montent à bord d’un vaisseau galactique et s’envolent pour Mars, qu’ils entendent bien coloniser. Mais plus l’engin va s’enfoncer dans le noir infini, plus l’équipage va s’affranchir des lois terrestres et laisser libre cours à sa fantaisie. Et le voyage vers la petite planète rouge, débuté pourtant sous les meilleurs auspices, prendra rapidement une singulière tournure...

 

Qu’est-ce que c’est que ce truc ? La proposition-phare de Jacques Cheminade pour la prochaine élection présidentielle ? Non. Il s’agit de l’argument de base du nouveau spectacle de Pierre Guillois, ce metteur en scène à la reconnaissance intersidérale qui vous avait offert Bigre il y a deux saisons et qui s’est adjoint, pour l’occasion, l’aide précieuse du compositeur Nicolas Ducloux : car cette oeuvre pleine d’exaltations et d’exultations est une comédie musicale à déguster en famille, mais aussi, chose suffisamment rare pour être soulignée, une comédie musicale 100 % française, s’il-vous-plaît...

 

C’est ainsi qu’un orchestre aussi bigarré qu’un tantinet douteux accompagnera les interrogations existentielles de notre personnel navigant bien azimuté et permettra d’alterner fable philosophique et music-hall cosmique. Drôle de mélange ? Certes. Mais c’est tout le spectacle qui est placé sous le signe de l’alliance improbable et de la combinaison aléatoire. Parce qu’il n’y a rien de plus beau que la rencontre fortuite d’une machine à coudre et d’un parapluie sur une table de dissection, comme disait Ducasse ? Oui. Enfin, rien de plus beau, ça reste à voir ; mais rien de plus jouissif, ça, c’est sûr...

  • Générique

    Composition musicale

    Nicolas Ducloux

    Écriture et mise en scène

    Pierre Guillois

    Assistante à la mise en scène

    Lorraine Kerlo Aurégan

    Chanteurs

    Jean-Michel Fournereau, Magali Léger ou Marie Oppert, Charlotte Marquardt, Quentin Moriot, Élodie Pont, Pierre Samuel

    Musiciens

    Matthieu Benigno, Nicolas Ducloux, Chloé Ducray ou Claire Galo-Place, Gabrielle Godart, Jérôme Huille ou Grégoire Korniluk

    Scénographie

    Audrey Vuong

    Costumes

    Axel Aust assisté de Camille Pénager

    Maquillages

    Catherine Saint-Sever

    Créatures extra-terrestres

    Carole Allemand Delassus assistée de Franck Rarog

    Robot

    Sébastien Puech assisté de Delphine Cerf, Eduardo De Gregorio et Franck Demory

    Lumières

    Marie-Hélène Pinon

    Effets magiques

    Allan Sartori et Pedro Miguel

    Identité visuelle

    Fabrizio La Rocca

    Direction technique

    Fabrice Guilbert

    Construction décor, costumes et perruques

    Stadttheater Klagenfurt

    Production : Cie le Fils du Grand Réseau. • Coproduction (en cours) : Stadttheater, Klagenfurt, Autriche / Le Volcan, Scène nationale du Havre / Théâtre National de Bretagne, Rennes / Les Célestins, Théâtre de Lyon / Maison de la Culture de Nevers Agglomération / Scènes Vosges, Communauté d’agglomération Épinal • Remerciements : Opéra national de Paris / Maison des Arts de Créteil / Mélanie Lemoine.