Les Quinconces L'espal Scène nationale du Mans

Cristine Guinamand

janvier-mars 2020

Que nous montre, dans ses toiles, Cristine Guinamand ? Des paysages mentaux. Des scènes cérébrales. Le tout vécu de manière, croirait-on, ‹ sur-sensible ›. L’entrechoc est de mise. Ici un oiseau de paradis, et non loin de lui une tâche sombre, qui semble une menace. Là, une gangrène de noir s’emparant de l’espace du tableau, tandis que les formes lumineuses luttent pour exister.

Paul Ardenne, écrivain et historien de l’art

Atelier Velay, 2018 © Cristine Guinamand

Les peintures de l’artiste mêlent au sein d’un chaos rigoureusement orchestré, fiction et réalité, abstraction et figuration, ce qui tient de la précision et ce qui est tout juste suggéré, à une multitude d’écritures et d’actions. Par leur format, elles offrent aux visiteurs une immersion dans des paysages gestuels et effervescents qui rendent compte, dans le même temps, de la complexité du monde et de celle de la peinture.

 

 

Quelles relations entretiennent nature et culture dans les paysages de Cristine Guinamand ? Quelle est la part prise par chacune dans ce qui relèverait de l’ombre et de la lumière ?

 

 

 

Visuels : 1 — Marée noire, huile sur toile, 214x517 cm, 2018 / 2 — Météores, huile sur toile, 270 x 550 cm, 2018 /  3 — ENFER et contre tous, huile sur toile, 192x472 cm, 2016-2017. Collection privée. / 4 — Atelier Velay, 2018 © Cristine Guinamand

Page facebook de Cristine Guinamand