Les Quinconces L'espal - Scène nationale du Mans

SEUL CE QUI BRÛLE

THÉÂTRE

CHRISTIANE SINGER - JULIE DELILLE

26 janvier - 20h

Seul ce qui brûle © Yannick Pirot
Seul ce qui brûle © Yannick Pirot
Seul ce qui brûle © Yannick Pirot
Seul ce qui brûle © Yannick Pirot
Seul ce qui brûle © Yannick Pirot
Seul ce qui brûle © Yannick Pirot
Seul ce qui brûle © Yannick Pirot
Seul ce qui brûle © Yannick Pirot
Seul ce qui brûle © Yannick Pirot

Mon Roi

 

 

Le seigneur Sigismund et la jeune Albe s’aiment d’un amour incandescent. Mais comme le chantaient les Rita Mitsouko, les histoires d’amour finissent mal en général, et particulièrement ici, puisque la passion de Sigismund ne tardera pas à se transformer en une haine aveugle et qu’Albe finira cloîtrée dans une chambre sordide - obligée, pour se désaltérer, de boire dans le crâne du pauvre page qui, selon Sigismund, l’avait approchée d’un peu trop près...

 

Adaptée de l’ouvrage éponyme de Christiane Singer, lui-même inspiré d’une nouvelle de Marguerite de Navarre, cette pièce est donc une plongée dans les affres de la jalousie, où le jaloux se précipite dans un déshonorant abîme et où la jalousée se voit jetée dans un macabre enfermement. Mais, grâce à Dieu, l’arrivée inattendue d’un certain Seigneur de Bernage mettra un terme aux tortures mentales et physiques des deux godelureaux et tout rentrera dans l’ordre - comme quoi, les Rita Mitsouko n’avaient pas tout à fait raison...

 

Dans un décor aussi impeccablement structuré qu’un intérieur japonais, où le moindre détail prend tout son sens, et sous des lumières chatoyantes qui créent un clair-obscur ensorcelant, c’est d’abord Sigismund qui prendra la parole pour dépeindre l‘enfer qu’il traversa avant sa résurrection ; puis c’est Albe qui décrira comment, grâce aux songes de son esprit, elle parvint à supporter sa longue séance au purgatoire. Avec ses deux interprètes d’une remarquable présence, sa langue affûtée et sa scénographie intemporelle, Seul ce qui brûle vous révélera toute l’amplitude du sentiment amoureux - mais aussi toute l’étendue des possibilités du théâtre, ce qui ne gâte rien...

 

Une proposition théâtrale de toute beauté, dont l'intensité dramatique impressionne.   

La Terrasse

  • Générique

    D’après le roman

    Seul ce qui brûle de Christiane Singer, publié aux Editions Albin Michel

     

    Mise en scène
    Julie Delille


    Avec
    Laurent Desponds
    Lyn Thibault
    Adaptation
    Chantal de la Coste
    Julie Delille


    Scénographie et costumes
    Chantal de la Coste


    Assistanat mise en scène
    Alix Fournier-Pittaluga


    Création lumière
    Elsa Revol


    Création sonore
    Julien Lepreux


    Décors
    Ateliers de construction Maison de la
    Culture - Scène nationale de Bourges

    Production

    Théâtre des trois Parques.


    Coproduction

    maisondelaculture, scène nationale de Bourges ; Équinoxe, scène nationale de Châteauroux ; Théâtre de l’Union, centre dramatique national de Limoges ; Théâtre de Chartres ; Gallia Théâtre, Saintes ; Printemps des comédiens, Montpellier ; Centre dramatique national d’Orléans.


    Soutien

    Théâtre du Bois de l’Aune, Aix-en-Provence ; l’Abbaye de Noirlac, centre culturel de rencontre ; du CENTQUATRE, Paris ; de l’Onda - Office national de diffusion artistique.
    Ce spectacle bénéficie de la convention pour le soutien à la diffusion des compagnies de la Région Centre-Val de Loire signée par l’Onda, la Région Centre-Val de Loire et Scène O centre.

Acheter des places

Infos pratiques

ENV. 1H35


DÈS 15 ANS