Les Quinconces L'espal - Scène nationale du Mans

danse

AKRAM KHAN

19 - 20 mars

©Jean-Louis Fernandez
©Jean-Louis Fernandez
©Jean-Louis Fernandez
©Jean-Louis Fernandez
©Jean-Louis Fernandez
©Jean-Louis Fernandez
©Jean-Louis Fernandez
©Jean-Louis Fernandez
©Jean-Louis Fernandez
©Jean-Louis Fernandez
©Jean-Louis Fernandez
©Jean-Louis Fernandez
©Jean-Louis Fernandez

L’enfer est pavé de bonnes surrections

 

 

Outwitting the devil signifie littéralement « se jouer du Diable ». Mais de quel Diable est-il question ici ? De ce diable d’homme, évidemment, que l’on est bien obligé de tenir pour responsable (à moins de faire l’ange) des mauvais traitements infligés à notre planète et aussi, disons-le, à l’humanité entière, avec la montée en flèche des inégalités provoquée par sa cupidité et son avarice...

 

Pour élaborer la matière première de ce spectacle qui se joue du Diable, donc, le chorégraphe britannique d’origine bangladaise Akram Khan est allé puiser dans plusieurs histoires fondatrices de notre civilisation : l’Épopée de Gilgamesh, récit d’un apprentissage sur la condition humaine hanté par la destruction et la culpabilité, Don Quichotte, premier roman moderne traversé par la violence et la démence sociale, ou bien La Cène peinte par Léonard de Vinci, tableau sur un rituel réparateur où la collectivité et la communion conjurent, le temps d’un repas, l’éclatement et la haute trahison...

 

Sur le plateau, six danseurs aux âges et aux histoires différentes deviendront les acteurs d’une cérémonie essentielle et collective qui tentera de remettre l’homme droit dans ses bottes ou sur ses rails, selon que l’on préfère l’image orthopédique ou la métaphore ferroviaire. Fresque « socio-environnementale », message d’alerte sur l’épuisement de la Terre et puissante exhortation au partage, Outwitting the Devil est tout cela à la fois ; et sa programmation dans la Cour d’Honneur du Palais des Papes au dernier Festival d’Avignon est un argument qui devrait achever de vous convaincre, même si vous êtes un adepte des pesticides, un climato-sceptique ou un nostalgique éperdu des anciens coton-tiges en plastique...

  • Générique

    Direction Artistique/Chorégraphie

    Akram Khan

    Dramaturgie

    Ruth Little

    Conception lumières

    Aideen Malone

    Conception visuelle

    Tom Scutt

    Musique originale et son

    Vincenzo Lamagna

    Creation costumes

    Kimie Nakano

    Texte

    Jordan Tannahill

    Coach

    Mavin Khoo

    Directrice des répétitions

    Azusa Seyama

    Danseurs

    Ching-Ying Chien, Jasper Narvaez, Dominique Petit, Mythili Prakash, Sam Asa Pratt, James Vu Anh Pham

    Avec la voix de Dominique Petit

    Régie plateau

    Lars Davidson

    Ingénieur lumière

    Stéphane Déjours

    Ingénieur son

    Phil Wood

    Coproduction : Théâtre de Namur – Centre Scénique / CENTRAL – Centre Culturel de La Louvière / Festival d’Avignon / Théâtre de la Ville – Paris / Sadler’s Wells London / La Comédie de Clermont-Ferrand – Scène nationale, COLOURS International Dance Festival 2019 – Stuttgart . • Soutenu par Arts Council England. • Créé en résidence à CENTRAL – Centre Culturel de La Louvière, au Théâtre de Namur, et au Festival d’Avignon. • Akram Khan est Artiste Associé à Sadler’s Wells et Mountview à Londres, et à Curve Leicester.. • Akram Khan Company est représentée en France par Sarah Ford / Quaternaire, www.quaternaire.org. • La compagnie remercie tout particulièrement Alistair Spalding, Vincent Thirion et Mélanie Dumoulin, Patrick Colpé, Meinrad Huber et Éric Gauthier, Olivier Py et Agnès Troly, ainsi que les équipes de Sadler’s Wells, CENTRAL – La Louvière, Théâtre de Namur, COLOURS Festival and Festival d’Avignon, Tamas Detrich et l’équipe su Stuttgart Ballet, Mr. & Mrs. Khan, Yuko Khan, Aharya Dresses pour le costume de Mythili Prakash, et tous les collaborateurs et techniciens qui ont travaillé sur ce projet.

Pratiques

ENV. 1H20

Bar du Carré Rouge assuré par l’association Tiwizi