Les Quinconces L'espal - Scène nationale du Mans

LE IENCH

THÉÂTRE

ÉVA DOUMBIA

02 février - 20h

Le Iench © Arnaud Bertereau
Le Iench © Arnaud Bertereau
Le Iench © Arnaud Bertereau
Le Iench © Arnaud Bertereau
Le Iench © Arnaud Bertereau
Le Iench © Arnaud Bertereau
Le Iench © Arnaud Bertereau

Black Mirror

 

 

Depuis que le petit Drissa a emménagé avec ses parents, sa sœur jumelle et son frère cadet dans un pavillon de province, il n’a qu’une obsession : avoir une vie en tout point conforme à celle de ses compatriotes blancs. C’est-à-dire passer son bac, obtenir son permis, sortir en boîte et, surtout, en attendant de pouvoir réaliser ces rêves communs à toute la jeunesse de France, posséder un chien. À poil long ou à poil dur, peu importe, car tous les canidés sont, pour Drissa, le symbole ultime d’une intégration réussie...

 

La dizaine d’interprètes réunis sur le plateau (mais pas le clébard, qui est un peu le Godot de Beckett, celui dont on parle tout le temps mais qui ne vient jamais) oscillera donc entre l’intérieur d’un salon accueillant et chaleureux où on mange, où on regarde la télévision, où on discute et où on se dispute, et un univers extérieur beaucoup moins convivial et bienveillant puisque, autant vous prévenir tout de suite, Drissa disparaîtra un soir dans ce dehors aux contours incertains après avoir croisé la route de policiers en goguette.

 

Entre réalisme quasi-cinématographique et trouées poétiques, cette vaste fiction familiale d’Éva Doumbia vous présentera donc d’abord le quotidien d’une smala noire lambda (ce qui n’est pas si courant au théâtre) avant de traquer le racisme systémique partout où il se niche et de se transformer en vrai manifeste contre les violences policières (attention : tous les policiers ne sont pas des chiens, de même que tous les chiens ne sont pas policiers). Parce que ce Iench plein de sensibilité, de tendresse et même d’humour reste un iench : quand on le pousse dans ses derniers retranchements, il mord...

 

 

 

  • Générique

    Avec Émil Abossolo-Mbo, Nabil Berrehil, Fabien Aïssa Busetta, Jocelyne Monier, Sundjata Grelat ou Akram Manry, Salimata Kamaté, Fatou Malsert ou Olga Mouak, Frederico Semedo, Souleymane Sylla


    Musique

    Lionel Elian


    Scénographie

    Aurélie Lemaignen


    Chorégraphie

    Kettly Noel


    Création et régie son

    Cédric Moglia


    Lumière

    Stéphane Babi Aubert


    Assistants

    Clémence Pichon et Fabien Aïssa Busetta


    Régie générale

    Loïc Jouanjan


    Régie lumières

    Yannick Brisset

    Production déléguée

    Théâtre du Nord, CDN Lille Tourcoing Hauts-de-France.


    Coproduction

    CDN de Normandie-Rouen ; La Part du Pauvre ; Artcena ; CDN - La Comédie de Saint-Étienne, CDN ; Les producteurs Associés de Normandie (CDN de Normandie-Rouen ; Le Préau CDN de Vire ; La Comédie de Caen CDN de Normandie ; Le Trident Scène Nationale de Cherbourg-en-Cotentin ; DSN Dieppe Scène Nationale ; Le Tangram Scène Nationale d’Évreux-Louviers) ; Théâtre Joliette, Scène Conventionnée pour les expressions & écritures contemporaines. Avec le soutien du Fonds SACD Théâtre et des écoles JTN, FIJAD, DIESE, ESAD et FIPAM.

Infos pratiques

ENV. 2H15


DÈS 14 ANS