Les Quinconces L'espal - Scène nationale du Mans

LE DRAGON

THÉÂTRE

EVGUENI SCHWARTZ - THOMAS JOLLY

05 - 06 avril 2023

Le Dragon © Nicolas Joubard
Le Dragon © Nicolas Joubard
Le Dragon © Nicolas Joubard
Le Dragon © Nicolas Joubard
Le Dragon © Nicolas Joubard
Le Dragon © Nicolas Joubard
Le Dragon © Nicolas Joubard
Le Dragon © Nicolas Joubard
Le Dragon © Nicolas Joubard

Les ailes du délire

 

 

Le chevalier Lancelot (qui n’a aucun rapport avec celui de la Table ronde, c’est juste un homonyme) décide de sauver une ville des griffes crochues d’un terrible dragon. Malgré les doutes et les réticences de la population locale, Lancelot se lance dans un combat opiniâtre dont il sort couvert de plaies et de bosses, certes, mais indubitablement victorieux. La cité tombe alors dans le giron d’un bourgmestre et Lancelot, dépité, constate qu’une tyrannie, comme le train qui n’existe pas encore, peut en cacher une autre...

 

Cette pièce d’Evgueni Schwartz a été écrite en U.R.S.S. en 1943 : faut-il voir dans la figure du dragon et dans celle du bourgmestre qui lui succède une dénonciation en règle des dérives du totalitarisme ? Sans doute, mais pas uniquement celles du stalinisme : car les monstres, on le sait bien, profitent de toutes les périodes de crise, qu’elle soit d’ordre politique, économique, écologique ou sanitaire, pour pointer l’extrémité de leurs naseaux fumants...

 

C’est donc parce qu’elle résonne étrangement avec notre époque actuelle que Thomas Jolly a eu envie de porter à la scène cette œuvre fantastique et symbolique sous la forme d’un spectacle « total », avec une machinerie théâtrale délirante permettant de rendre grâce à la multiplicité des genres et des registres abordés par le conte slave et une quinzaine de comédiens qui interpréteront tour à tour, dans le décor d’une ville calcinée et rabougrie, des notables, des enfants du peuple, des jardiniers à la main verte et autres gardes à l’estoc pointu. Comment appelle-t-on ce théâtre qui pense et qui ne lésine pas sur les moyens ? Du théâtre « populaire », au bon sens du terme...

 

 

Un spectacle plein d'énergie, d'humour et d'images folles, terrifiant d'actualité.

Les Échos

  • Générique

    De

    Evgueni Schwartz


    Texte français

    Benno Besson 


    Mise en scène

    Thomas Jolly


    Avec

    Damien Avice, Bruno Bayeux, Moustafa Benaïbout, Clémence Boissé, Gilles Chabrier, Pierre Delmotte, Hiba El Aflahi, Damien Gabriac, Katja Krüger, Pier Lamandé, Damien Marquet, Théo Salemkour, Clémence Solignac, Ophélie Trichard


    Collaboration artistique

    Katja Krüger


    Scénographie

    Bruno de Lavenère


    Lumières

    Antoine Travert


    Musique originale et création son

    Clément Mirguet


    Costumes

    Sylvette Dequest


    Accessoires

    Marc Barotte et Marion Pellarini


    Consultante langue russe

    Anna Ivantchik 


    Maquillage

    Catherine Nicolas et Elodie Mansuy


    Régie générale et construction

    Jérôme Marpeau 

    Production

    Le Quai Centre Dramatique National Angers Pays de la Loire


    Coproduction

    Théâtre national de Strasbourg, La Comédie – CDN de Reims, Théâtre National Populaire, Théâtre du Nord, Centre Dramatique National Lille Tourcoing Hauts-de-France, La Villette – Paris


    Avec la participation artistique du Jeune théâtre national

Infos pratiques

ENV. 2H40


DÈS 14 ANS

 

 

JEU 6 AVR 20H : représentation en audiodescription en partenariat avec l’association Accès Culture