Les Quinconces L'espal - Scène nationale du Mans

Jean-Baptiste Sauvage

arts visuels

Vélodrome et Piacé, films, 2019

10 > 26 novembre

Du 10 au 26 novembre 2020 (à partir de mardi 10 novembre de 17h30 à minuit) Projections sur les vitres des Quinconces

3 – Projet Blue line, Circuit Paul Ricard, Jean-Baptiste Sauvage, Var, 2013
5 – La route d'or, peinture, Piacé, Jean-Baptiste Sauvage, 2019.
Jean-Baptiste Sauvage, tournage du film Vélodrome,Vélodrome Léon Bollée, Le Mans, 2019. © Sandrine Binoux
Jean-Baptiste Sauvage, tournage du film Vélodrome,Vélodrome Léon Bollée, Le Mans, 2019. © Sandrine Binoux
Jean-Baptiste Sauvage, tournage du film Vélodrome,Vélodrome Léon Bollée, Le Mans, 2019. © Sandrine Binoux
1 – Projet Blue line, Circuit Paul Ricard, Jean-Baptiste Sauvage, Var, 2013
Blue Line (moto et peinture in situ), Musée d'Art Contemporain de Lyon, exposition Motopoétique, commissaire : Paul Ardenne, 2014

L’art de Jean-Baptiste Sauvage demeure bel et bien « contextuel » dans la mesure où il s’ancre dans une réalité ou un territoire donné, y réagit ou y répond, voire les contredit.
Extrait d’un texte de Anne Giffon-Selle, directrice du Centre régional d'art contemporain de Montbéliard, 2013
 
 
Les recherches de Jean-Baptiste Sauvage portent principalement sur des formes in situ sans prédilection de médium. Ses champs d’application sont des espaces urbains, industriels ou architecturaux sur lesquels sont greffées des interventions. Ses réalisations sont également présentées dans des espaces institutionnels et l’édition accompagne souvent son travail. Jean-Baptiste Sauvage interagit avec les environnements dans lesquels ses projets sont conçus, souligne et révèle ce qui n’est pas immédiatement visible et perceptible et s’intéresse à ce qui est à la marge. Invité dans le cadre de la saison arts visuels 2019-2020 de la Scène nationale conçue avec Piacé le radieux Bézard-Le Corbusier, il a réalisé une peinture et deux films.

Depuis plusieurs années, Jean-Baptiste Sauvage développe des recherches prospectives sur les horizons à partir de processus expérimentaux. Il a élaboré un mode de captation original consistant à filmer un paysage à l’aide de deux caméras numériques fixées sur un objet mobile : la moto. Deux routes, deux typologies, produisent chacune un film composé d’un diptyque. S’intéressant particulièrement au contexte territorial, l’artiste réalise son premier film sur la piste du Vélodrome du Mans sur laquelle il tourne littéralement en rond. Le diptyque se fait paysage abstrait et hypnotique. Pour le second film, il quitte le circuit et opère une traversée de la Sarthe, du Mans jusqu'à Piacé (et inversement). Il arpente la périphérie de la ville du Mans, les zones industrielles et commerciales, la campagne et les villages. Les deux films constituent un seul et même projet qui sera présenté aux Quinconces en 2020. 

 
 
jb-sauvage.com

 

La route d'or, arts visuels 2019-2020, avec l'association Piacé le radieux, Bézard-Le Corbusier.
Coproduction : Les Quinconces-L’espal, Scène nationale du Mans. Avec le soutien de : la DRAC Pays de la Loire dans le cadre du DICAM ; La Ville du Mans et de son pôle Équipements Sportifs (mise à disposition du Vélodrome Léon Bollée). Remerciements : Comité Départemental de Cyclisme de la Sarthe. Assistante technique : Sandrine Binoux.

 
  • Générique

    Peinture réalisée en novembre 2019, visible à Piacé
    Production : Les Quinconces-L’espal, Scène nationale du Mans, 2019. Dans le cadre de La route d’or, un programme d’expositions conçu avec Piacé le radieux, Bézard-Le Corbusier.

    Film Tourner en rond
    Production : Les Quinconces-L’espal, Scène nationale du Mans, avec le soutien de la DRAC Pays de la Loire dans le cadre du dispositif d’innovation et de création artistique multimédia (DICAM), de La Ville du Mans et de son pôle Équipements Sportifs (mise à disposition du Vélodrome Léon Bollée). Remerciements : Comité Départemental de Cyclisme de la Sarthe.