Les Quinconces L'espal - Scène nationale du Mans

ILLUSIONS PERDUES

THÉÂTRE

HONORÉ DE BALZAC - PAULINE BAYLE

04 - 05 janvier 2023

Illusions perdues © Simon Gosselin
Illusions perdues © Simon Gosselin
Illusions perdues © Simon Gosselin
Illusions perdues © Simon Gosselin
Illusions perdues © Simon Gosselin
Illusions perdues © Simon Gosselin
Illusions perdues © Simon Gosselin
Illusions perdues © Simon Gosselin
Illusions perdues © Simon Gosselin
Illusions perdues © Simon Gosselin

Hauts et bas d’un bas-bleu

 

 

Après avoir adapté pour la scène L’Iliade et L’Odyssée d’Homère en trois heures chrono (et avant de vous proposer À la recherche du temps perdu de Proust en moins de deux heures ?), Pauline Bayle vous offre cette saison les Illusions perdues de Balzac sous la forme d’une pièce de deux heures trente. Cette œuvre capitale de la Comédie humaine suit pas à pas Lucien de Rubempré (Lulu pour les intimes) qui quitte fièrement son Angoulême natale dans l’espoir de conquérir Paris et qui, finalement, retournera vivre dans la préfecture charentaise après une série de cuisantes déculottées...

 

Pour symboliser l’évolution du jeune loup aux dents longues et de tous les autres protagonistes qui, comme lui, brûlent du désir fou de réussir, Pauline Bayle a eu l’idée géniale de faire évoluer le décor lui-même, le traditionnel rapport bi-frontal se métamorphosant au cours de la représentation en un espace quadri-frontal avec gradins entourant la scène comme s’il s’agissait d’une arène ou d’un ring de boxe (car le Paris de l’époque était en effet une véritable arène ou un monstrueux ring de boxe, un peu comme aujourd’hui).

 

Autre idée géniale : confier la bonne vingtaine de personnages principaux de l’opus à cinq jeunes interprètes seulement et le rôle-titre à une femme. Avec son audace formelle qui frise l’insolence, son action qui n’en finit pas de s’emballer et ses dialogues qui fourmillent de punchlines, ce spectacle brillant vous introduira dans les méandres de l’un des plus vastes romans du XIXe siècle sans jamais vous égarer et vous plongera même au cœur de votre propre cœur, que vous soyez un ambitieux winner ou un pauvre loser...

 

Une version « dégenrée » de l'œuvre de Balzac, très réussie et enthousiasmante.   

Le Monde

 

 

 

  • Générique

    Adaptation

    Pauline Bayle, d’après Balzac


    Mise en scène

    Pauline Bayle


    Distribution

    Avec Charlotte Van Bervesselès, Hélène Chevallier, Guillaume Compiano, Anissa Daaou, Alex Fondja, et la participation de Najda Bourgeois


    Assistanat à la mise en scène

    Isabelle Antoine


    Scénographie

    Pauline Bayle, Fanny Laplane


    Lumières

    Pascal Noël


    Costumes

    Pétronille Salomé


    Musique

    Julien Lemonnier


    Régie générale / lumière

    Jérôme Delporte, David Olszewski


    Régie plateau

    Ingrid Chevalier, Lucas Frankias, Juergen Hirsch

     

    Administration de tournée

    Audrey Gendre

    Spectacle produit par

    la Compagnie À Tire-d’aile

     

    Production déléguée en tournée

    Théâtre Public de Montreuil - CDN

     

    Production déléguée

    Compagnie À Tire-d’aile


    Coproduction

    Scène nationale d’Albi, TANDEM Scène nationale, Espace 1789, scène conventionnée Saint-Ouen, MC2 : Grenoble, Théâtre de la Bastille, La Coursive Scène Nationale La Rochelle,
    Théâtre La passerelle – Scène Nationale de Gap et des Alpes du Sud, Châteauvallon scène nationale, Théâtre de Chartres


    Avec le soutien du Ministère de la Culture - DRAC Île-de-France, de la Région Île-de-France, du Département de la Seine-Saint-Denis, de l’ADAMI et du CENTQUATRE-PARIS


    Aide à la reprise Théâtre le Rayon Vert, Scène conventionnée d’intérêt national Art et Territoire


    Remerciements

    Clément Camar-Mercier, Géraldine Chaillou, Viktoria Kozlova, Loïc Renard, Victor Rodenbach, Victor Roussel, Julius Tessarech, La Compagnie À Tire-d’aile est conventionnée par le Ministère de la Culture - DRAC Île-de-France