Les Quinconces L'espal - Scène nationale du Mans

théâtre

ARNAUD MEUNIER

15 - 16 décembre

©Sonia Barcet
©Sonia Barcet
©Sonia Barcet
©Sonia Barcet
©Sonia Barcet
©Sonia Barcet
©Sonia Barcet
©Sonia Barcet

Il faut cultiver à cour et à jardin

 

Conte philosophique et initiatique dont le héros se trouve projeté aux quatre coins d’un monde livré à toutes les guerres possibles et à toutes les calamités imaginables, Candide est une comédie acide sur la religion, le colonialisme, l’origine du mal et la recherche du bonheur, ainsi qu’une oeuvre pionnière dans sa critique féroce des formes d’oppression, qu’elles soient individuelles ou collectives.

 

Pourquoi le prolifique metteur en scène Arnaud Meunier a-t-il donc à son tour éprouvé le besoin de revisiter ce best-seller du réfugié de Ferney, dont les adaptations scéniques sont aussi nombreuses que les kilos en trop de la baronne Thunder-ten-tronckh ? Parce que ce conte lui est apparu comme une étape incontournable dans son exploration du théâtre-récit entamée il y a quelques années, et parce qu’il est toujours bon de faire entendre des esprits libres et sarcastiques qui, au même titre que les pandas géants ou les dauphins de l’Irrawaddy, sont une espèce en voie de disparition...

 

C’est pourquoi son Candide à lui aura la forme d’un chant jovial et salutaire entonné par une brochette de comédiens et une paire de musiciens. Une aventure épique et mélodique, donc, mais aussi très graphique, puisque l’univers scénique dans lequel s’ébrouera cette joyeuse bande s’inspirera des illustrations impertinentes et un poil irrévérencieuses que l’opus voltairien avait inspirées à Joann Sfar pour sa Petite bibliothèque philosophique. Si vous êtes prêt à faire fi des convenances et des bonnes moeurs et à plonger avec délice dans un océan d’images et de sons propre à remettre en cause vos préjugés, ce spectacle vous ravira et vous prouvera que la candeur, c’est un peu comme le sel ou l’alcool : point trop n’en faut...

  • Générique

    Texte

    Voltaire

    Mise en scène

    Arnaud Meunier

    Collaboration artistique

    Elsa Imbert

    Version scénique, dramaturgie et assistanat à la mise en scène

    Parelle Gervasoni

    Avec

    Ambre Febvre, Cécile Bournay, Philippe Durand, Gabriel F, Romain Fauroux, Nathalie Matter, Stéphane Piveteau, Frederico Semedo, Matthieu Desbordes, Matthieu Naulleau

    Avec la participation vidéo

    d’Emmanuel Vérité

    Composition musicale

    Matthieu Desbordes, Matthieu Naulleau

    Scénographie et vidéo

    Pierre Nouvel

    Lumières

    Aurélien Guettard

    Costumes

    Anne Autran

    Perruques et maquillage

    Cécile Kretschmar

    Regard chorégraphique

    Jean-Charles Di Zazzo

    Régie générale

    Thomas Chazalon

    Accessoires

    Hubert Blanchet

    Décor et costumes

    Ateliers de La Comédie de Saint-Étienne

    Remerciements

    Djamil Mohamed, l’Opéra de Saint-Étienne

    Production : La Comédie de Saint-Étienne, Centre dramatique national • Soutien : DIESE # Auvergne – Rhône-Alpes - dispositif d’insertion de L’École de la Comédie de Saint-Étienne / Fonds d’Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques / D.R.A.C et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur / de la SPEDIDAM. • L’Or Blanc • Coproduction Phare Performing Social Enterprise / Productions Hors Jeu, en partenariat avec Temal Productions pour la diffusion, et en collaboration artistique avec la compagnie Les Colporteurs.