Les Quinconces L'espal - Scène nationale du Mans

MUSIQUE

JANE BIRKIN

14 janvier - 20h

 

Les dessous chocs

 

On aurait tort de réduire Jane Birkin à son rôle de muse et d’interprète du plus célèbre des hommes à tête de chou, puisque l’ex-fan des sixties à l’accent qui perdure fut aussi la muse d’autres compagnons de choix (comme le réalisateur Jacques Doillon) et, surtout, parce qu’elle a prouvé que, en plus d’interpréter, elle savait écrire de merveilleuses chansons...

 

En effet : Oh ! Pardon tu dormais..., son tout dernier album en date (mais le quatorzième en tout), qui reprend le titre d’une pièce de théâtre écrite (déjà) par ses soins il y a une vingtaine d’années (comme quoi le sommeil peut être très profond), ne comprend que des textes d’elle . Et des textes qui dévoilent sa part la plus intime et la moins folichonne, puisqu’il y est question de l’amour qui décline, de l’âge qui avance et, pire encore que les ridules ou le célibat, de la disparition tragique de sa fille Kate Barry...

 

Venir l’écouter chanter vous fera-t-il sombrer dans la plus épouvantable des dépressions ? Pas du tout. Parce que l’exorcisation de ses démons ne l’empêche pas de manier la plume avec infiniment de délicatesse et que les arrangements luxuriants et « classieux » (comme disait Gainsbarre) concoctés par Étienne Daho (un ami de longue date qui a composé et produit l’album sus-mentionné) vous donneront très vraisemblablement, à un moment ou à un autre, envie de battre la mesure avec votre semelle. Les paroles de l’une sur les musiques de l’autre ne vous pousseront donc pas au suicide : elles vous toucheront simplement en plein cœur ou, pour faire un ultime clin d‘œil à l’ancien poinçonneur des Lilas, en plein chou...

 

 

 

  • Dans la presse

    Jane Birkin présente son album « Oh! Pardon, tu dormais », ce vendredi sur la scène des Quinconces, en compagnie d’Étienne Daho.

     

    En 1992, sort «Oh! pardon tu dormais », l’histoire d’un couple joué par Jacques Perrin et Christine Boisson qui s’aime et se déchire toute une nuit, évoquant la vieillesse, la mort, les souvenirs, le quotidien à deux, leur travail, leurs angoisses. Adapté en 1999 pour le théâtre, ce texte écrit et joué par Jane Birkin inspire alors Étienne Daho, ami et complice artistique de longue date. Ce n’est que vingt ans plus tard que l’aventure débute vraiment. « C’est Étienne qui a voulu depuis qu’il a vu la pièce de théâtre et le film. Il pensait que ces textes feraient un bel opéra à deux voix. J’avais joué cette pièce de théâtre pendant un an et demi avec Thierry Fortineau », explique Jane Birkin avant de reprendre : « Il m’a dit pourquoi on ne fait pas un disque. Puis on s’est mis en studio. Et grâce à son travail, on a créé des chansons ».
    Un album mis en musique et produit par Étienne Daho avec la collaboration de Jean-Louis Piérot sur des textes de Jane Birkin. « C’est un  album très personnel, alors la chanson sur ma fille «Cigarettes » devait y être. C’était impossible que je ne parle pas d’elle », confie l’ex-fan des sixties.
    « Étienne ne voulait pas que je fasse des chansons trop mélancoliques et sentimentales comme j’aurais pu le faire si j’avais écrit toute seule comme je l’ai fait d’ailleurs avec « Enfants d’hiver ». Il voulait de l’énergie. Grâce à ses arrangements, cet album est plus sexy. C’est fantastique d’écrire avec lui, c’est tellement facile, je l’adore. Il m‘a embarquée dans ses histoires et je voulais, quelque part, faire partie de sa famille ».
    Pour ce dernier album sorti en décembre, le quatorzième de Jane Birkin, Étienne Daho a choisi la couverture du disque. « Il a choisi aussi les titres pour le concert. Il était fan de mes débuts et de Jane B. On commence par ce titre d’ailleurs ».
    On retrouve aussi dans ce concert, « Ballade de Melody Nelson », « Valse de Melody », « Ah ! Melody» et « L’hôtel particulier », des titres de l’album « Histoire de Melody Nelson ». « C’est très important de les reprendre. Je m’approprie alors mon propre rôle. Et les gens sont contents de les entendre ». Un concert qui se termine par « Pourquoi» un texte pour sa fille, Charlotte Gainsbourg. « J’aime beaucoup cet album « Enfants d’hiver ». J’aimerais que cette chanson soit plus connue car j’en suis fière. Étienne trouvait que cette chanson, très belle selon lui, fédérait le concert car elle émeut les gens. Et la faire en piano voix, c’est très joli pour terminer ».

     

    Interview de Jane Birkin - Le Maine Libre (12 janvier 2022)

     

     

     

  • Générique

    Direction artistique Étienne Daho

    Direction musicale Étienne Daho Jean-Louis Piérot

    Production Les Visiteurs du Soir 

Infos pratiques

ENV. 1H30

TARIF.

Télécharger

Programme de salle