Les Quinconces L'espal Scène nationale du Mans

Les cartes inspirées des artistes du Grand Ensemble

Le son caché de Thierry Balasse

Pour sa carte inspirée, le compositeur et musicien Thierry Balasse nous partage un son, sans toutefois nous en révéler l’origine. Il fait appel à vous, pour tenter d’en deviner la provenance. Alors, à vos suggestions : saurez-vous trouver?

« Un son nouveau, c’est la révélation d’une force nouvelle, d’une parcelle d’âme inconnue ».

L’auteur de cette phrase, qui vient après toute une réflexion imaginant nos ancêtres découvrant pour la première fois le son du tonnerre, ou plus tard, les résonances d’un nouvel alliage de métaux, je vous dirai son nom un peu plus bas… Un philosophe peu connu, et pourtant très connu. Excusez-moi, mais il va être question de mystère, d’un son mystère, alors je vous mets en condition.

Lors de mon passage sur le plateau des Quinconces à l’occasion de la dernière présentation de saison pour vous parler de Cosmos 1969 que nous avons joué par la suite, j’ai eu le désir d’ « offrir » aux mancelles et manceaux un son peu connu, à vrai dire un son que l’humain ne peut pas entendre directement, mais qui peut être capté par des outils de prise de son. Un son qui nous ramène à l’espace, mais qui est un véritable son, pas une transposition sonore d’un phénomène lointain sur une autre planète ou venant d’une autre galaxie. Ne l’oublions pas, il n’y a pas de son dans l’espace… Le son est un cadeau de notre terre et de son atmosphère. Donc un son nous ramenant à l’espace, mais qui se produit dans notre atmosphère… Le son d’une étoile filante. Ce que les astrophysiciens appellent une météorite, car le phénomène n’a rien à voir avec une étoile. Mais l’appellation reste belle… Une étoile… (c’est un beau mot à lui tout seul non ? Étoile… prononcez-le à haute voix… Étoile…)  Qui plus est une étoile « filante ». Nous sommes actuellement dans une période où il y a un peu plus d’étoiles filantes (les restes d’une comète), alors n’hésitez pas à lever la tête vers le ciel lorsque la nuit est là. De toute façon, n’hésitez jamais à regarder le ciel !


Depuis cette présentation, je suis moi-même devenu manceau. 

Si le monde de demain le permet, je pourrai donc de nouveau être parmi vous pour aller voir et entendre (regarder et écouter ?) des spectacles aux Quinconces ou à L’espal, comme je l’ai fait ces derniers mois. Et je pourrai en janvier vous présenter une nouvelle création qui résonnera avec ce que nous vivons aujourd’hui.

En attendant (une attente active en composition), j’avais envie de vous offrir un autre son, lui aussi peu connu. Je serai ravi de lire ce qu’il vous évoque... avant de vous révéler plus tard sa source.
 


Au fait, en parlant de source, l’auteur de la réflexion sur le son, qui a aussi écrit « Le son, c’est l’âme secrète des choses, se communiquant sans se livrer et pénétrant dans notre conscience sans en subir la loi », qui est-il ?

Un certain Jean Jaurès, qui a écrit, après des études de philosophie, un mémoire intitulé « De la réalité du monde sensible ».

Réponse : 
Knud Viktor est un nom qui circule chez les musiciens et autres artistes qui s'intéressent à la matière sonore. Né à Copenhague, il était venu s'installer en France pour profiter du calme et de la lumière du Lubéron pour y développer ses deux passions, la peinture et l'enregistrement de sons sans cesse plus ténus. Un des pionniers de l'écologie sonore. Il aimait enregistrer les insectes, il imaginait enregistrer le son des plantes qui poussent (les asperges notamment), et il a réellement installé un micro dans un clapier pour enregistrer le "son mystère":

Le son d'un lapin qui rêve.

Qui est Thierry Balasse ? 

Après sa formation de technicien son à l’ENSATT, il devient créateur pour le théâtre en mêlant percussions, synthétiseur et échantillonneur dans ses compositions musicales et sonores pour la scène. En 1989, il découvre les musiques électroacoustiques avec Christian Zanési, puis avec Pierre Henry, dont il sera - ces dernières années - le partenaire pour la conception de ses orchestres de haut-parleurs et l’interprète. Depuis 2002, il a créé une quinzaine de spectacles sonores et musicaux (Concert pour le temps présent, La face cachée de la lune, Cosmos 1969…) au sein d’Inouïe, compagnie nationale, installé en Ile de France. Il est directeur artistique du Studio 19 de la Philharmonie de Paris.